Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bricolage & Cuisine

Bricolage & Cuisine

Menu
Poème : Qui a l'amour (Hommage aux victimes du 13 Novembre 2015)

Poème : Qui a l'amour (Hommage aux victimes du 13 Novembre 2015)

Qui a l’amour.

 

On ne devait pas se quitter comme ça,

La vie ne devrait pas s’arrêter là,

Comme dans une mauvaise série,

Ou les amants s’ont désunis,

Dans ce café,

Qui en a vue passé,

Des histoires d’amour qu’on se promet,

On se jure pour toujours de s’aimer.

Sous le Soleil vogue les promesses,

C’est sous la Lune que l’on progresse.

 

Qui a le droit,

Pour qui pour quoi,

Quand on détruit,

Dans une tuerie,

L’amour de toute une vie,

Pour une idéologie.

Qui a le droit,

Pour qui pour quoi,

Non je n’oublierais jamais,

Les vœux que je t’avais faits,

Un jour dans ce café,

Le même qui nous a séparé.

 

L’horreur qui en ce vendredi a frappé,

A donné nombre de raisons de se venger,

Mais là où tu es parti,

Un lieu peut-être le paradis.

Comment vais-je vivre sans toi,

Dans un lit trop grand pour moi,

Un univers ou tu n’es pas,

Le monde n’existe pas,

Lorsque tu n’es pas là,

Ici au présent avec moi.

 

Qui a le droit,

Pour qui pour quoi,

L’homme avec des armes,

Vient décide et proclame,

Que ce soir tu seras séparé,

Que ton amour te sera enlevé.

Il y a bien plus de chagrin,

Que de haine dans ton vin,

Tu te lèves avec des mots d’amour,

Pour combattre l’horreur d’un jour.

 

Tu veux rendre un hommage,

Mais en toi tant de dommages,

Ont réduit en toi l’espérance,

Tu n’as plus foi en l’existence

Tu la revois ici à ce café,

Comme tu l’y as laissé,

Juste avant qu’il se soit fait explosé,

Pour toi il n’a pas eu pitié.

 

Qui a le droit,

Pour qui pour quoi,

Quand on détruit,

Dans une tuerie,

L’amour de toute une vie,

Pour une idéologie.

Qui a le droit,

Pour qui pour quoi,

Non je n’oublierais jamais,

Les vœux que je t’avais faits,

Un jour de se café,

Le même qui nous a séparé.

 

J’écrirais dans le vent ma douleur,

J’enverrais sur l’océan des couleurs,

Je broderais sur le levant des lueurs,

Je confierais à la nuit des rumeurs,

Que depuis que tu es parti,

Je n’ai eu le moindre répit,

J’écris l’amour comme une prophétie,

C’est elle le garant de toute notre vie.

 

Qui a le droit,

Pour qui pour quoi,

L’homme avec des armes,

Vient décide et proclame,

Que ce soir tu seras séparé,

Que ton amour te sera enlevé.

Il y a bien plus de chagrin,

Que de haine dans ton vin,

Tu te lèves avec des mots d’amour,

Pour combattre l’horreur d’un jour.

 

Stéphane LE PINIEC le 20 Novembre 2015

En hommage aux victimes du 13 Novembre 2015