Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bricolage & Cuisine

Bricolage & Cuisine

Menu
Au CPN de LAXOU, le suicide devient un acte Volontaire et Réfléchi !

Au CPN de LAXOU, le suicide devient un acte Volontaire et Réfléchi !

Un état dépressif est souvent lien à un rejet de la société, un sentiment d'incapacité à affronter l'avenir, un rejet de soit même.

Au CPN la thérapie consiste à prendre conscience de soit, de son corps, de se montré qu'on a des capacité à faire, à crée et parfois même, à ce dépasser dans une ambiance de totale indifférence des autres car au CPN c'est chacun pour soit !

En effet le corps médicale refuse que les patients s'attachent les un autres et interviennent parfois violemment lorsqu'un patient vient à aider un autre patient, même si cette aide serait normal dans la société. Ainsi je me suis retrouvé isolé dans ma chambre après avoir aidé une patiente « Mme DELL », à se remettre sur sa chaise alors qu'elle était tombé et que les infirmiers ne venaient pas la y remettre. Cette patiente restait parfois au sol toute l'heure du repas. Cette femme était épileptique et faisait régulièrement des absence qui la faisait tombé de sa chaise.

Le fait de ressortir toutes ces choses du passé à la surface engendre un processus dans l'esprit du patient qui le conduit à comprendre pourquoi il ne s'aime pas. Alors était de plus en plus lucide de son cas il lui apparaît logique et normal qu'il ne peu pas existé dans cette état et sa disparition rendra service à la société. Le patient devant cette idée ne va plus parlé de suicide, il va même donné l'impression d'aller mieux. Aussi va t-ont lui faire d'avantage confiance et de lui accordé plus de liberté.

Entre patients on discute beaucoup, nombreux sont ceux qui on faits des tentatives de suicides, aussi le CPN est l'endroit parfait pour apprendre ce qu'il ne faut pas faire et ce qui peut fonctionner pour se suicidé. On apprends aussi que dans bon nombre de médicaments il y a des excipients qui provoque des reflux en cas d'ingestion massive. D’où les demandes fréquentes des patients pour avoir des produits anti-vomitifs.

Il commence peu à peu à collectionné les médicaments qu'on lui donne (des doses de plus en plus forte, bien souvent demandé par le patient lui même). Une fois un stock suffisant il les ingurgite en une seule prise, de préférence le soir au couché.

Au CPN les veilleurs regardent la télé, allongé dans leur relaxe loin de chambres. De plus la plupart des patients étant sous somnifères les veilleurs ne se pose aucune question sur le profond « sommeil » du patient. C'est au matin que la mort est constaté.

Ceci est un exemple car d'autres se pendent (Mon frère en 2001, il était lui aussi suivit par l'unité 4), mais l'imagination du patient dans le domaine du suicide est large.

Le fait de focalisé la thérapie sur le soit ne fait qu'augmenté le rejet que le patient a de lui même et le pousse au suicide plus consciemment et consciencieusement qu'avant. Aussi ce n'est plus un désespéré qui met fin à ces jours mais une personne lucide et réfléchi à qui on a donné en plus, les moyens de se suicider.